Enchanté VZW

 

Enchanté ABSL : un réseau de 61 commerçants chaleureux à Gand ! (Téléchargez ici le plan de la ville avec toutes les organisations participantes).

Comment est utilisée/mise en œuvre la participation et/ou l’intégration des savoirs issus de l’expérience personnelle de la pauvreté et/ou l’exclusion sociale dans les prestations en faveur des usagers ou du public ?

Enchanté travaille depuis le début avec des ambassadeurs (experts du vécu dans le domaine de la pauvreté, du sans-abrisme, de la vulnérabilité psychique). Nous organisons des réunions mensuelles avec les ambassadeurs et les impliquons dans des réunions, des projets et des activités. Un ambassadeur informe et guide les personnes qui, selon lui, bénéficieront de son intervention. Par exemple, en distribuant des plans de la ville dans le centre de nuit, en emmenant quelqu'un prendre un café suspendu chez Vooruit ou à une activité Enchanté. L'ambassadeur assure également la liaison entre Enchanté, les commerçants, les partenaires sociaux et les Gantois. L'ambassadeur peut, en se basant sur son expertise, servir de médiateur entre les différents groupes et les rassembler en aidant à organiser des activités. Nous laissons également les ambassadeurs partager leurs expériences afin de sensibiliser à la vulnérabilité. Cela peut se faire lors de nos activités, sur notre blog ou via d'autres médias.

Comment sont intégrés, dans les modes d’approche de la lutte contre la pauvreté (réflexion, processus, évaluation, etc.), la participation et /ou les savoirs issus de l’expérience personnelle de la pauvreté et/ou l’exclusion sociale ?

Enchanté veut faire une différence avec l'assistance et les services existants en supprimant l'aspect conditionnel. Hormis un certain nombre de directives simples, il n'y a qu'une seule grande règle : la confiance. Nous choisissons consciemment de ne pas imposer de conditions. Par exemple, nous ne demandons jamais à quiconque de s'identifier quand cette personne veut recourir à un service. Est-ce osé car il existe un risque d'abus ? Bien sûr, mais nous sommes convaincus qu'un projet comme le nôtre peut uniquement fonctionner s'il est inconditionnel. En ce qui concerne la participation civique également, nous voulons que l'engagement soit aussi personnel et libre que possible. Quand on fait confiance à quelqu'un pour faire quelque chose, cette personne assumera volontairement ses responsabilités. Cela débouche d'après nous sur engagement plus profond et plus durable. Le regard que l'on se porte les uns aux autres et le comportement que l'on adopte en bénéficieront également.

Comment est intégré l’impact de la participation et l’intégration des savoirs issus de l’expérience personnelle de la pauvreté et/ou l’exclusion sociale dans les textes de références de l’organisation ?

Nous constatons qu'un trop grand nombre de personnes dans notre société n'ont, pour des raisons très variées et de différentes manières, pas accès ou seulement un accès limité à « l'espace communautaire ». En tant que « créateur de quartier », Enchanté considère comme une tâche centrale d'ouvrir dans ce sens des portes qui sont restées fermées jusqu'alors. En demandant aux commerçants d'offrir aux personnes en situation vulnérable de petits services, tels qu'une prise de courant ou des toilettes, nous ouvrons littéralement des portes. De cette façon, nous construisons également des ponts entre le domaine social et la société.

Enchanté est un exemple de citoyenneté positive et active, quel que soit le rôle que revêt la personne en question dans la société. Enchanté est pour l'instant un réseau gantois dans lequel les commerçants, les partenaires sociaux et les citoyens (vulnérables) de la ville sont connectés de manière durable. De cette façon, à travers de petits échanges et rencontres concrets, elle veut créer une spirale ascendante d'expériences positives et contribuer ainsi à lutter contre la pauvreté.